Dans la série « mixtapes qui déboîte », celle du old timer DJ Damage mérite sa petite écoute. Autant dans le choix des morceaux que le visuel, Le Damagio s’est fendu d’une tape à son image, simple, sobre, et surtout efficace…

Comme son nom l’indique, on ne retrouve que des morceaux sortis dans la plus pure indépendance contractuelle et donc par ricochet, indépendance artistique. On découvre donc : des petites perles inconnues du grand public, quelques artistes de premier choix comme un remix Damagien de J-Live, un feat de Guru, et une pure prod de Damu the Fudgemonk sur laquelle rappe Buff1 ; des versions qui surprennent, comme aero K feat Mint and Obi Juan qui auraient fait un petit blend maison en rappant sur une instru apparemment concoctée il y a bien longtemps par DJ Cam, mais sur laquelle on reconnaît les samples utilisés par Common et Kero One… (Aero K ne serait-il pas un anagramme de Kero One d’ailleurs ?…) ; quant à Blu, le voici en train de rapper sur l’instru de « jazz(we’ve got) », extrait d’une mixtape hommage à ATCQ.

Damage y va d’ailleurs de ses propres remix (T-Love, J-Live, Mos Def…) et « prod-mix » comme « boom bap in da brain » « scientifix transition », et l’on en viendrait même à soupçonner le larron d’être derrière « A tribute called quest »… D’ailleurs le damagio s’amuse à lier mix et rythmiques maisons, pour rendre une tape qui sonne encore plus simple, mais qui est tout simplement travaillée dans le détail.

Bref, cette tape remplit sa fonction première qui est de présenter une scène indé et talentueuse. Il va sans dire que certains noms de groupes présents sur le tracklisting, sharpshooters, Honif (maspyke), Globetroodas, Social deviantz, ne parleront pas à grand’monde.

Pour illustrer tout ça, voici le vidéo-clip du track qui ouvre la tape, une rappeuse Africaine résident aujourd’hui en Allemagne, Akua Naru.

Il est donc de bon ton de récupérer la précédente logiquement nommée « Independant addict 1.0 », ne serait-ce que pour son intro dédiée à Sound Providers ou les nombreuses perles mixées ici encore.