Cela faisait depuis 2004 que l’on attendait un nouvel album de Dead Prez en tant que groupe, si l’on ne compte pas les différentes mixtapes (la série « Turn Off the Radio« ), les projets solo de M1 (« Confidential« ) et Stic.Man (« Manhood« , « The workout« ), et un album avec le groupe Outlaws en 2006. C’est donc chose faite en 2013 avec leur dernier album en date « Information Age« . Conor l’a écouté et chroniqué pour l’Antichambre. (lire l’interview de Dead Prez)

Le morceau principal ou du moins celui qui a la plus grande portée – un clip officiel a été tourné – se nomme « No way as the way« . Elle a un message universel et humaniste qui suggère l’écoute entre les différentes cultures et peuples ou religions. Une chanson qui fut apparemement dure et longue à composer car elle se veut laïque et spirituelle.

D’autres morceaux sont aussi à ressortir de cet album, notamment « Dirty white girl » où le duo liste un certains nombre de choses mauvaises pour la santé et la société… Or toutes ces choses étant…blanches : du sucre, au lait, en passant par la cocaine. Une chanson qui peut être facilement mal interprétée mais qui met en avant la coïncidence des choses.

Ce sont les deux chansons qui m’ont marqué. L’ensemble de l’album gravite autour du titre « Information Age » à savoir l’âge, ou la période pendant laquelle l’information, ou plutôt la désinformation, domine les médias, la politique, la société.

Les deux rappeurs ont mûri (pour ne pas dire vieilli) depuis l’époque où leur revendication première était la révolution…Peut-être un poil plus sage (dans les deux sens du terme)…Mais ça, ça vient avec l’âge et l’information…

La vidéo du morceau « No way as the way »

 

Le teaser de l’album :