fmg_00

Créé en 1954, le label Fraternity Records (Ohio – USA) a connu un premier rachat dans les années 70 avant d’être revendu en 2008 à Victor Piagneri qui l’a renommé Fraternity Music Group.

S’il n’a pas conservé l’imposant catalogue originel (à part les réalisations du groupe Manzel ressortis sous le sous label Dopebrother Records qu’il dirige aussi depuis 2002), le nouveau propriétaire a su imposé en quelques années des sorties de qualité mélangeant rééditions, “classiques” et nouveautés.

Pour la petite histoire, Victor Piagneri aka “The Undercover Brother” avait déjà sévi entre 1993 et 1999 en s’associant à Manuel Napuri akaPrince Quick Mix” pour former le duo de producteurs Nubian Crackers et sortir une série de compilations d’instrumentaux « Cracker Beats » (9 volumes) dont la notoriété n’est plus à prouver (tout comme pour leur maxi « Do You Wanna Hear It » (Big Beat -1993) avec le groupe Artifacts).

Après déjà 8 ans d’existence, FMG dispose d’un catalogue assez diversifié où l’on retrouve par exemple des classiques du label Salsoul Records avec Instant Funk “The Funk Is On”, GazSing Sing” (dans une Edit Version réalisée par The Undercover Brother himself), des titres Soul comme “There’s A Break On the Road” interprété par Betty Davis et “Big Bad John” de Big John Hamilton dont la ligne de basse a été utilisée par Big Daddy Kane pour “Warm It Up, Kane” (1989). On peut aussi citer des morceaux comme la reprise de “Tramp” par le groupe anglais The Grits (sorti initialement sur leur album éponyme chez Freestyle Records en 2008), “Set It Off” de Strafe (un classique Electro de 1984) ou encore un titre krautrock (sous-genre du rock progressif allemand) du groupe Karthago “I Give You Everything You Want” (sorti à l’origine en 1971 sur le label BASF).

fmg_01

Les diggers et autres fétichistes des drumbreaks ne sont pas en reste avec la réalisation d’un 45 tours regroupant 2 morceaux (jamais sortis sous ce format) puisés dans le catalogue Rock du label Cream Records, “Leave Your Hat On” de Balcones Fault et “Uphill Peace Of Mind” de Kid Dynamite samplé par Dr. Dre dans le refrain de “Nuthin’ But A ‘G’ Thang” (1992) ou encore par Just-Ice pour son titre “Going Way Back” (1987).

fmg_02

Avant de conclure ce petit focus sur Fraternity Music Group, il faut signaler que le label vient d’ajouter une nouvelle corde à son arc en commençant à distribuer de nouveaux artistes comme Fenoms (Floride) et leur premier 45 tours  “El Gato / Menace” (2016). Officiant respectivement au sain des groupes Fusik (pour le batteur Daniel “Felix” Garcia) et ¡Mayday! (pour le percussionniste et batteur Andrews “Nonms” Mujica), les 2 musiciens distillent un funk endiablé où l’on sent poindre quelques sonorités latines. C’est le genre de disque qui ravira sans aucun doute les DJs et danseurs habitués des compétitions de breakdance.

On termine ce petit tour d’horizon de FMG avec le 10” (format plutôt rare) de Rockin’ Rob & The Fabulous 4 MC Connection “The Original Mean Machine”, titre enregistré en 1981, restauré et remasterisé à partir des bandes originales et sorti pour la première fois en vinyle. Une plongée dans les origines du Hip-Hop !

Bonus : 3 petites questions posées à DJ Rockin’ Rob et à Victor Piagneri :

ATC : Peux-tu nous parler de ton parcours de DJ ?

Rockin’ Rob : J’ai grandi dans le quartier de Mott Haven Projects (South Bronx). J’ai commencé par jouer de la batterie quand j’avais 9 ans, puis en 1976 je me suis mis aux platines après vu la performance de DJ Raul (Mitchel Projects). En 1978, j’ai commencé à me produire dans différentes jams avec d’autres DJs comme Grand Master Flash, Grand Wizard Theodore, Afrika Islam, Afrika Bambaataa, Kool DJ AJ, DXT, Master Don, Jazzy Jay, Red Alert… La même année, le groupe Mean Machine s’est formé (aucun rapport avec le groupe du label Sugar Hill Records).

ATC : Peux-tu nous raconter l’histoire derrière l’enregistrement du titre “The Original Mean Machine“ ? Pourquoi n’est-il jamais sorti en disque à l’époque ?

Rockin’ Rob : Le morceau aurait dû sortir mais le label sur lequel nous avions signé a refusé. A l’époque, la plupart des groupes qui se produisaient dans les soirées étaient passés à l’étape suivante, celle de l’enregistrement sur disque. Nous devions faire de même ! Au passage, je voudrais remercier DJ Red Alert qui a joué notre titre dans son émission radio sur WBLS et surtout tiré un coup de chapeau à The Undercover Brother (Victor Piagneri) pour nous avoir enfin permis d’être immortalisé sur vinyle.

ATC : D’autres réalisations de ce genre sont-elles prévues à l’avenir ?

Victor Piagneri : Bien sûr ! Dans un futur proche, nous allons sortir des inédits de mon groupe The Nubian Crackers, de Super Lover Cee & Casanova Rud et de Sadiq & Kess (The Mc).

http://fraternitymusicgroup.bigcartel.com/