N’étant pas un grand amateur de jazz pur et dur, et encore moins un connaisseur, je sais par contre l’apprécier lorsqu’il se fait latin, afro, funk, acid ou même lorsqu’il flirte avec la house. C’est justement le cas avec le nouvel album du producteur italien Gerardo Frisina, intitulé Movement et sorti fin 2014 sur le label milanais Schema.

Ce mélange d’influences unies autour de la ligne directrice qu’est le jazz est la signature de Gerardo Frisina, dont la carrière a démarré en 97. Depuis, toujours chez Schema Records (un des « sous » labels des Editions Ishtar, la structure mère dirigée par Luciano Cantone et Davide Rosa, qui comprend également un studio d’enregistrement et le réseau de distribution Family Affair),  il a accumulé 5 albums, un grand nombre de maxis et quelques 45 tours, et initié ou participé à différents projets. Un activiste de la scène italienne, donc, également collectionneur de disques et dj, qui constitue, avec Nicolas Conte, un des piliers de Schema à qui il est resté fidèle depuis ses débuts.

Sur le double LP Movement et ses 12 titres, Gerardo Frisina se place en leader, producteur et arrangeur d’une bande composée de 7 musiciens jouant piano et fender, vibraphone, trompette, saxo, flûte, basse, batterie et percussions, et de l’envoutante chanteuse de jazz italienne, Francesca Sortino, qui intervient sur le titre Shout It Out.

Si quelques titres sont très jazz, qui reste la trame générale de la musique de Gerardo Frisina, comme par exemple Movement, The Sound Image ou Reporter, les influences latines sont particulièrement présentes sur une bonne partie de l’album, notamment sur Moving Shadows, I Need Rhythm ou Selvatico. On retrouve également des morceaux plus funk ou acid-jazz, sur lesquels la batterie est notamment plus appuyée, plus présente, en particulier sur The Talisman ou Mystic Latin. Et enfin, on frôle parfois la house, du moins la latin house, comme sur le tout dernier titre de l’album What’s Jazz? ou encore Communications.

 

Outre ces influences variées (mais proches), on retrouve quelques composantes communes : les percussions qui rendent le rythme entrainant ; et beaucoup de musicalité et de variations, chaque titre laissant la part belle à plusieurs instruments, à l’occasion de solos ou d’alternance entre les uns et les autres.

Pour illustrer le tout, nous avons préparé le mix ci-dessous (en écoute sur mixcloud et en téléchargement libre ci-dessous), d’une bonne trentaine de minutes et composé à partir de l’album Movement principalement, mais dans lequel se sont glissés quelques titres issus de sorties précédentes, comme par exemple Superstrut, reprise du morceau du brésilien Deodato, réalisée avec Maurizio Bonizzoni (aka DJ Skizo).

Une bonne présentation de Gerardo Frisina qui, espérons-le, vous donnera envie de creuser le sujet et de partir à la découverte de ses albums précédents et plus généralement du label Schema.

 

 

 

An introduction to Gerardo Frisina by Elbertinho on Mixcloud